Les RAMI indissociables du musée Malartre de Rochetaillée

 

Si aujourd’hui l’histoire de l’automobile s’étend jusqu’aux années 80. En 1959, elle s’arrêtait avec la guerre de 1939. Cette date limite est essentielle pour RAMI au nom évocateur « Rétrospectives Automobiles Miniatures ». Mais ce qui va surtout guider les choix de la marque, c’est la passion d’un homme : Henri Malartre.

 

 

 

Henri Malartre, né en 1905, est à partir de 1928 démolisseur automobile. En mars 1931, il acquiert une Rochet Schneider de 1898. La vieille voiture le séduit, il décide alors de la conserver et de la remettre en état, c’est le début de sa passion pour les ancêtres de l’automobile. Ainsi, dès qu’il repère un modèle attachant ou intéressant sur le plan historique, il le conserve et le restaure. C’est comme cela qu’il va se constituer une belle collection tout au long des années 1930.
Au début de la seconde guerre mondiale, il va cacher ses voitures dans une grange en Isère. En 1942, Henri Malartre entre en résistance, il effectue des transports d’armes et d’imprimés jusqu’en 1944, date à laquelle il est arrêté et déporté.

Après la libération, son activité de démolition reprend et sa collection continue de croitre. En 1956, Henri fonde l’association des Amateurs d’Automobiles Anciennes (AAA) et organise une première exposition dans les locaux de son entreprise. Face au succès et à l’engouement pour les voitures anciennes, Henri Malartre décide alors de créer un musée.
Il achète alors le château de Rochetaillée situé près de Lyon et dont les origines remontent au XIIème siècle.


Il y installe, en 1960, sa collection d’automobiles, motos et cycles, agrémentée d’affiches, accessoires, miniatures… et ouvre le premier musée automobile français.
Les modèles les plus anciens sont exposés dans le château (après démontage et remontage de chaque véhicule), deux bâtiments seront construits dans le parc du château pour abriter les véhicules les plus récents, les voitures de course et des véhicules de transport en commun.


L’inauguration du musée a lieu le 31 mai 1960.
En 1972, Henri Malartre vendra l’ensemble en viager à la ville de Lyon, ce qui lui permettra de conserver son logement dans le château et de rester actif dans le domaine de l’automobile ancienne jusqu’à son décès en 2005, à l’âge de cent ans.

Le musée Henri Malartre reste un des plus beaux musées automobile français. La collection, représente plus d’une centaine de voitures dont la plus ancienne date de 1892.
Un grand nombre de ces voitures, on l’a vu, va servir de modèle pour la création des RAMI. Le premier, produit en 1958, est la Renault Taxi de la Marne que l’on trouve dans la collection du musée. Suivront la De Dion Bouton vis à vis et la Lion Peugeot VC3 1911, au total 40 modèles RAMI verront le jour, la plupart inspirés de la collection d’Henri Malartre.

 

Motobloc reelle   Sizaire vrai

Rochet Schneider vrai   Hispano Suiza vrai

 

 

"J" pour Mr Jarry Raymond , un ancien de la société Quirin (Quiralu)
"M" pour Mr Malartre, un récupérateur de pièces détachées d'automobiles anciennes
"K" pour Mr Koch, un ancien de l'industrie textile de Haute-Saône
Georges ROBERT
Georges ROBERT Co-fondateur de la SIMEB
Mr ROBERT Georges est le co-fondateur de la S.I.M.E.B (societé injection metaux blanc) à Fougerolles.

INFORMATION / NEWSLETTER

Pour recevoir les informations de l'amicale RAMI JMK